AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guy Lafosse
Bavard


Nombre de messages : 12
Age : 24
Localisation : Sud de la France (Près de Béziers)
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: 1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22   Dim 15 Jan 2017, 16:28

AVANT-PROPOS
 
 
Est-ce déraisonnable de dire qu’un auteur doit d’abord être lu, sans retenue, avant de grossir le clan des têtes connues... Bien que cette posture soit discutable il n’empêche qu’un spectacle doit de se faire aimer avant de se faire élire…
Sans avis favorable de ses pairs, c’est-à-dire de toi-même, au nom de quoi, une histoire, fusse-t-elle bien née, mériterait-elle d’être jouée ?
Dois-je enfoncer le clou en disant que, vide de tout, un sac vide ne tient pas debout ?
Toutefois, parler de soi, se livrer plus avant est un exercice difficile pour qui souhaite être jugé sur ce qu’il fait et non sur ce qu’il veut montrer de lui-même…                                                                                                                               Riche de 5 actes, la pièce que je t’engage à lire, scène après scène, s’appelle Évanescence.
L’ ainsi nommée, intégralement versifiée, compte 9 acteurs (5h et 4F).

Aussi, pour gagner en efficacité, n’en déplaise à l’ami de Virgile et de Mécène, ladite pièce s’est volontairement débarrassée de son aliénante unité de mesure usuellement appelée mètre.
Mais, peut-on se défaire d’une pareille lourdeur sans parler de la lancinante monotonie voulue par Horace et dénoncée par Voltaire lui-même. Prenant acte de cela, doit-on s’étonner que le genre versifié soit tombé en désuétude...
Si l’amoureux des mots que je suis ne manque pas de s’insurger contre ceux qui appauvrissent l’orthographe, il n’oublie pas d’exalter ceux qui luttent pour que cesse la déliquescence de notre idiome national, Pour revenir à Évanescence, en toute modestie, je pense que jamais récit n’a autant mérité le terme de huis clos.
Après lecture de la scène première, n’oublie pas de poster un commentaire. Cordialement.                                 











                                   Guy Lafosse


                                 EVANESCENCE

                              AVERTISSEMENT
La singularité de cette histoire commande de déroger à l’usage
qui veut que soit dit en quels lieu et temps se tient l’événement



                                     
PERSONNAGES

ANAÈDE        épouse de maître Cybère, tante de Janus et amie d’ Apogène
EGIDE          ancien agioteur, conseiller et médecin de la reine Ganopée
EUGÉNIA       mère de lait de Janus, chambrière de la reine Ganopée
APOGÈNE      député, candidat à la présidence de la République Française
CYBÈRE        précepteur de Janus, candidat à la présidence de la République Française
JANUS         étudiant en étude, fils d’ Eugénia et neveu d’ Anaède et de Cybère
DONATIEN    ancien scieur de long et homme de peine à demeure
GANOPÉE     Princesse de Ganopie, riche d’un féerique royaume endormi
ALEXIA        fille d’Ernestine Pipelet (rôle et fonction présentement inavouables)
                       


                          ACTE PREMIER
                        SCÈNE PREMIÈRE

              APOGENE, EUGENIA, DONATIEN



                               APOGENE
Chère amie, j’avoue volontiers ne pas défendre,
La funeste rumeur que l’on se plait à répandre…
Notre curateur qui veillait au bon usage de la loi
Je crains qu’en perdant la raison s’efface l’emploi.
Masque tombé, sachant que son but est de nous déloger,
Pourquoi ne dénoncez-vous pas son coupable projet ?

                                 EUGENIA
Si vous preniez le temps que vous affirmez ne pas avoir
Vous sauriez qu’il existe ce que vous ne pouvez concevoir…
Et si, fors vous, tous ici disent oui à la question posée,
C’est parce que fondée et attrayante est l’offre proposée…

                                 APOGENE
Partir, se couper de ses racines est-ce cela une évolution !?...
 
                                  EUGENIA
Apogène, qu’avez-vous à gagner en faisant votre petite révolution ?
Par ailleurs, je ne comprends pas que vous ne puissiez admettre
Que notre futur délogement est fait pour notre seul bien être…

                                  APOGENE
Adhérer à tout ce qu’il fut dit sur la foi d’un simple d’esprit
N’est-ce pas donner corps et vie à la plus infâme des duperies ?

                              DONATIEN excédé
Dois-je déduire que vous refusez l’idée même d’un voyage
Persuadé qu’un mieux-être messied aux gens de votre âge ?
Ce disant, si à fuir ce lieu endeuillé vous n’avez pas le goût,
Nous en déduirons que vous avez hâte de vous défaire de nous…

                                   APOGENE
Si votre aveuglement indique le degré de votre déliquescence,
Il ne dit pas pourquoi vous répugnez de parler d’Évanescence…

                                   DONATIEN
Évanescence, plus qu’un intitulé destiné à faire de d’audience !
Est aussi et surtout un moyen détourné de parler de la France…

                                   APOGENE                                        
Sachant qu’à votre désir premier vous ne pourrez accéder
Pourquoi refusez-vous l’aide de celui qui entend vous aider ?
Si à l’instar de la jeune Thyphanie, de la vie, vous décidez d’en finir
Vous souciez-vous de ce que l’on dira de vous dans les temps à venir ?

                                   DONATIEN
A qui profite la survivance d’un être physiquement diminué
Qui, martyr aidant, à souffrir sans vivre ne veut plus continuer ?

                                    APOGENE
Donatien, à qui reste une once d’honnêteté ne peut louer
Un corrompu bien payé qui soutient une thèse désavouée ?
Sans preuve établie, sachez que si mon avis diverge du vôtre
C’est parce qu’il n’existe aucune forme de vie autre que la nôtre.
Aussi, si vous ne renoncez pas à l’intention que je vous prête
Sous peu, vous regretterez la tiédeur de notre quiète retraite.

                                    DONATIEN
Qu’en savez-vous ! Êtes-vous allé là ou l’on nous veut transporter ?

                                    APOGENE
À quoi bon fouiner, chercher loin quand le bonheur est à porté ?
Et puis, vu qu' hasardeux est ledit  transfèrement proposé,
Ne me dites pas qu’au danger vous ne serez point exposé !...

                                    DONATIEN
Faites-vous à l’idée que d’autres hommes peuplent notre planète…

                                     APOGENE
Fichtre, comment  pouvez-vous croire à pareilles sornettes ?

                            APOGENE provocateur
Si, dans les vêts de l’ignorance, il vous plaît de vous draper,
Dites-vous bien qu’à l’errance finale vous ne pourrez échapper.

                                    DONATIEN
Apogène, je garderais pour moi ce qui nous nous oppose
Si je n’étais pas sûr que partir est la meilleure des choses…

                                     APOGENE
Lorsqu’un projet osé, désavoué de son socle se détache
La sagesse commande de ne pas s’éloigner de ses attaches ...                            

                                     EUGENIA
Qui croire ? Est-ce celui qui à notre corps défendant s’érige en juge
Ou celui qui affirme que la vie grouille au pied de notre natal refuge…

                                    APOGENE
Si la vie existe vraiment dans un carré de moins de cent mètres,
Pourquoi dire que ces êtres vivent sans barreaux aux fenêtres ?...

                                    EUGENIA
Est-ce noble de dire que nous sommes que des êtres asservis
Quand venu est l’évènement le plus attendu de notre vie ?! ...
D’un autre côté, vous ne pouvez apprécier l’offre proposée
En n’ayant lu que la portion congrue de ce que dit l’exposé…
                                                    
                                   APOGENE                                                                                                    
Nos livres ne disent-ils pas que nous sommes seuls au monde ?
                            
                                    EUGENIA             
Sans ne jamais expliquer sur quoi cette hypothèse se fonde…                                
Cher ami, refusé de s’impliquer dans tout ce qui est survenu,                             
 Ami, ne pas s’impliquer dans ce qui est récemment survenu                                 
 C’est, à coup sûr, aller au devant d’une grande déconvenue ?                            
Je rappelle que lire sans n’oser jamais dédire ces transcrits                                 
C’est admettre que, plus qu’un récit, cette dramatique est un cri.                                
Je rappelle que cette singulière saga évoque la vie de huit êtres                                 
 Qui, demain, peut-être, iront voir au-delà de leurs propres fenêtres ?

                                   APOGENE
Cela dit, comment vaquerons-nous à nos petites affaires
Sans se départir de ce que l’on nous commandera de faire ?

                                   EUGENIA
Ce que je sais est qu’en ce boudoir transformé en scène de théâtre,
Dans deux paires heures, peut-être même au-delà des quatre.
Égide déclamera en deux puisque qu’ Anaède parlant la première,
Aura à cœur et pour mission de vous mettre en pleine lumière.
Aussi, redoutant que dans de noires idées vous ne vous enfermiez,
J’espère vous réplique donner dès la scène deux de l’acte premier…

                                    APOGENE
Eugénia, faudrait-il encore que le maître d’œuvre valide votre choix !

                                   EUGENIA
Cher ami, lui prêtez-vous l’intention de laisser muette votre voix ?...

                                   APOGENE
Qui sait ! Redouter qu’à notre détriment on se montre incommodant,
C’est douter que Janus invite Cybère à croquer la vie à pleine dent.

                                   EUGENIA
Cybère pense que si, de partir, Thyphanie n’en avait pas l’envie
Jamais ne serait né en elle cet insensé désir d’en finir de la vie…

                                  APOGENE
Il demeure que qui à vu son corps se tordre de douleur
Sait qu’un discours flatteur n’en réduit pas l’ampleur…
Peut-on parler de sort, aimer ses amis et son âme très fort,
Sans faire tord à Aristote et à ses redoutables métaphores ?
Affirmer que la hache du lâche bourreau n’à pas de remord,
N’est-ce point condamner la vie d’une sentence de mort ?

                                DONATIEN
Moi, s’il m’arrive de blâmer l’attitude primesautière de Cybère,
C’est parce que mon être sait que son côté suicide m’exaspère…
Cela dit, penser qu’il refuse la théâtralité de ce qui va suivre,
C’est oublier que par trois fois il a lu l’ensemble de ses livres…

                          APOGENE à Eugénia
Évoquant Cybère, Janus dit que si celui-ci souhaite se mettre en avant,
Il devra obligatoirement exercer ses talents autrement qu’en dormant…

                                  EUGENIA
Quoi de plus normal qu’une virulente jeune pousse désavoue
Une vieille souche réputée ne plus rien comprendre du tout…

                                  APOGENE
Diable, si Cybère est tel que décrit, fasse que l’on m’explique,
Pourquoi lui demande-t-on de nous donner la réplique ?


Dernière édition par Guy Lafosse le Lun 19 Juin 2017, 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fredy
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 29553
Age : 72
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/11/2004

MessageSujet: Re: 1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22   Dim 15 Jan 2017, 19:25

Je suis épaté. On dirait vraiment lire un auteur du 18ème siècle. Magnifique habileté du langage. Bravo.

_________________
Les scientifiques lisent des tas de livres et disent ne rien savoir.
Les religieux lisent un livre et prétendent tout expliquer.
Dans la tête à Frédy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guy Lafosse
Bavard


Nombre de messages : 12
Age : 24
Localisation : Sud de la France (Près de Béziers)
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Remerciements   Lun 16 Jan 2017, 07:30

Fredy, merci pour ton chaleureux encouragement. J’espère que la suite sera à
la hauteur de ton accueil et que d’autres délicats viendront s’ajouter aux tiens.
J’espère que sur Libre Écriture le tutoiement est de mise.

Fredy a écrit:
Je suis épaté. On dirait vraiment lire un auteur du 18ème siècle. Magnifique habileté du langage. Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fredy
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 29553
Age : 72
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/11/2004

MessageSujet: Re: 1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22   Lun 16 Jan 2017, 10:40

Guy Lafosse a écrit:
J’espère que sur Libre-Écriture le tutoiement est de mise.

Absolument.

_________________
Les scientifiques lisent des tas de livres et disent ne rien savoir.
Les religieux lisent un livre et prétendent tout expliquer.
Dans la tête à Frédy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22   

Revenir en haut Aller en bas
 
1) THEATRE (TEXTE versifié (ACTE 1/5 SCENE 2/22
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evénements culturels à la TV
» John DOS PASSOS (Etats-Unis)
» Présentation de Phèdre, acte 1, scène 2
» une piece de theatre interessante.
» [Deshoulieres, Christian] Le théâtre est un jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libre Ecriture :: Choses vraies... mais peut-être pas :: Poésies-
Sauter vers: